Julien Morand, distillateur dans le Valais a répondu à nos questions :

Présentez-nous un produit phare de votre gamme

Le produit phare de la maison est assurément la Williamine® Morand, il s’agit d’une eau-de-vie de poire Wiliams du Valais AOP, qui est aussi intéressante pure qu’en long drink ou en cocktail.

– Comment s’est créé votre domaine, quelle est son histoire ?

La production de spiritueux à base de plantes ou de fruits et de sirops remonte aux origines de l’Histoire. En Europe, la distillation de fruits est plus récente : plus de 200 ans pour le Cognac et environ un peu plus d’une centaine d’années pour les eaux-de-vie de poire, de pomme et de cerise.

– Comment êtes-vous arrivé dans ce secteur d’activité ?

Par passion et par filiation : je suis un des membres de la 4ème génération actif dans la maison.

Comment est née votre passion ?

Par l’éducation du palais avec ma Maman, la cuisine, les confitures, puis la dégustation et la distillation avec mon Papa.

Quelle est la philosophie de votre domaine ?

La philosophie de la maison est l’authenticité, la qualité et le respect des produits, et finalement l’objectif est de susciter une émotion positive chez les consommateurs.

– Pour quelle(s) raison(s) vous êtes vous installé dans cette région ?

De par la proximité des vergers de poire (Williamine®) et d’abricot (Abricotine AOP), les vignes (marc et lie) et les plantes de montagne (Grand-St-Bernard®, Génépi, Absinthe). La qualité de l’eau de Martigny est légendaire.

Que faites vous durant cette période de confinement ?

On travaille depuis la maison, on découvre les avantages de la vidéo-conférence, on lit sans doute un peu plus et on prend plus de temps pour répondre à ce genre de questionnaire…

– Racontez nous votre première rencontre avec votre boisson favorite

J’ai trop de boissons favorites pour n’en citer qu’une. Je vais donc vous parler d’une recette de cocktail créée par François Femia, notre premier barman « maison » : le « Moccacino Génépi ». Il s’agit d’un « after diner cocktail » basé comme son nom l’indique sur le Génépi des Alpes Morand à 41°, un espresso, de la Crème Mocca, du sirop de sucre de canne ; shaker le tout vigoureusement avec des glaçons, filtrer et verser. Une jolie couche de mousse claire contraste avec le liquide brun foncé au-dessous…

Julien Morand

– Comment continuez vous votre activité dans cette situation de Covid-19 ?

Un peu au ralenti ces deux premières semaines mais comme je l’ai dit précédemment beaucoup plus par écrans interposés. Comme on ne conduit pratiquement plus, je profite aussi de déguster de bonnes bouteilles avec ma femme et d’approfondir l’éducation du palais et du nez de mes enfants… Ma fille Luna m’a demandé hier de remettre en route mon alambic de laboratoire…

– Quelle est votre relation avec l’ASSP et quelle(s) collaboration(s) imagineriez-vous pour se soutenir mutuellement dans cette situation inédite ?

La collaboration doit s’intensifier, à commencer par l’accueil des membres de l’ASSP à la Distillerie pour leur montrer la passion qui nous anime autour des spiritueux et des sirops, et par l’écoute des questions et des besoins des sommeliers.

– Qu’attendez-vous d’un sommelier ?

Qu’il sache de quoi il parle ! Il n’y a rien de plus vexant pour un producteur de se retrouver confronté à un professionnel qui raconte des balivernes. Blague à part, ce qui est important pour les producteurs de vins et de spiritueux, c’est que le sommelier sois capable de parler des produits qu’il propose avec conscience et passion.

– Y a-t-il un autre producteur ou une région qui vous inspire particulièrement ?

Là aussi trop difficile de ne citer qu’un producteur ou une seule région, et pour un Valaisan pur sucre, on peut trouver beaucoup d’autres régions très belles et attachantes, mais on revient toujours au point de départ !

– Qu’est ce que vous regardez (film, série…) en ce moment ?

Le soir, on profite de revoir des films culte des années ’80 et ’90 que les enfants ne connaissent pas.

– Une boisson que vous appréciez particulièrement ?

En ce moment, c’est deux litres de tisane Rostal par jour, un dé à coudre de Porto Graham’s Six Grapes à l’apéro avec ma femme et une petite giclée de mousse de Williamine® dans le café.

– Quel est le moment que vous préférez dans votre quotidien (hors coronavirus) ?

Il y en a deux : sortir tôt le matin avec mon chien dans la forêt derrière chez moi et retrouver les gens que j’aime autour de la table quand j’ai essayé de cuisiner quelque chose d’original (le succès n’est pas toujours au rendez-vous)…

– Quelle(s) est/sont votre/vos activité(s)/passion(s) en dehors de votre travail ?

Le sport, la cuisine et les copains.